Lâcher-prise, mode d’emploi

- En ce moment je m’entraîne au lâcher-prise, me dit un patient en séance.
- Ok et ça veut dire quoi pour vous ?
- Que j’essaye de ne plus m’obstiner pour obtenir quelque chose.
- Concrètement vous faites comment pour mettre ça en pratique ?
- Quand un problème arrive ou quand je me rends compte que quelque chose ne se passe pas comme je veux, j’arrête de lutter.
-  Bravo, car ce n’est pas évident. Et ça change quoi dans votre quotidien ?
- Je me sens plus calme, mais parfois il m’arrive encore de m’énerver parce que c’est ma nature de combattre.
- Êtes-vous certain que c’est toujours votre nature ? Ne pensez-vous pas que vous êtes en train de changer le regard que vous portez sur vous ?
Sourires amusés de nous deux.

L’expérience que j’ai du lâcher-prise date d’il y a longtemps. J’ai mis du temps à comprendre pourquoi je préférais tourner les talons plutôt qu’affronter une situation qui me semblait perdue d’avance. Ç’est en partie lié à un désintérêt pour le combat… Certains y voient un renoncement, un manque de fierté. Pour moi c’est une précieuse économie d’énergie.

© photo : Matt Duncan

juillet 2018 0

Aucun commentaire pour l'instant.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *