Par quelle sorte de magie l’écriture permet-elle de descendre au fond de soi ?

L’écriture est la représentation visuelle du langage à l’aide de signes. C’est une projection de l’homme sur un support. Elle permet d’exprimer la pensée, de la prolonger, de l’élaborer et aussi de la fixer.
Dans une interview parue dans Le Monde en 2012 Toni Morrison partage sa perception  : « J’écris pour apprendre, pour comprendre. Pas pour me divertir, ou pour faire de l’art pour l’art. Toujours, examiner une idée, la creuser en profondeur, trouver une réponse à une interrogation. Enquêter sur une problématique et une époque ».
Elle évoque également ce besoin de liberté et de réappropriation d’une histoire qui est fréquemment évoqué par les clients avec lesquels je travaille : « Je n’écris pas seulement parce que je sais le faire. L’écriture est le seul endroit au monde où je me sens libre. Souvent, je commence lorsque je suis déçue par la marche du monde, et l’écriture agit alors comme un tampon. ».
Ce « tampon » qu’elle évoque me fait penser à un intermédiaire entre la réalité extérieure et sa réalité intérieure. Ecrire permet à l’imagination de mettre en place des solutions pour ce qui n’est pas acceptable du point de vue d’un individu.
Ce qui est certain et que je constate c’est que l’écriture questionne, fait fantasmer, avancer, réfléchir.
Et si vous voulez vraiment savoir, il arrive même qu’elle apporte du soulagement, de la joie et de la liberté !

Photo : Pinterest

 

2 commentaires
  • Jean-François
    septembre 20, 2015

    Comme le disait Emmanuel Berl : « Je n’écris pas pour dire ce que je pense, mais pour le savoir. »

    • Anna Piot
      septembre 29, 2015

      Oui, bien dit Jean-François. Merci pour votre citation et bienvenue sur ce blog.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *