Carottes mystiques

« Etre mystique c’est aussi lorsqu’on est à la cuisine » disait Thérèse d’Avila. Il n’y a pas un au-delà radicalement séparé de ce que nous vivons. C’est en écoutant Michel Cazenave, que j’ai mieux perçu ce qui se passe  dans ma cuisine ; régulièrement lorsque j’ai besoin de réfléchir,  j’épluche des légumes. Le mouvement répétitif, lent, régulier du couteau a un effet bénéfique sur mes idées.
Après de nombreuses années passées à nourrir ma famille, j’ai identifié la cuisine comme un lieu propice la mise en lumière de ma réflexion et j’y vis parfois des instants de grâce, oui oui de « grâce » alors que je suis tout sauf « mystique ». Quoiqu’il en soit, Cazenave est parvenu en deux heures de temps à me faire reconsidérer la signification de ce mot dont j’imaginais jusqu’à présent qu’il ne pouvait s’utiliser que pour désigner des états hors du commun, plutôt dans un contexte religieux ou à minima spirituel. Oui, la spiritualité c’est aussi en épluchant des carottes que je la vis car « l’éternité, peut se découvrir juste dans l’illumination d’un moment ».

copyright photo  : Stephen Ausmus

décembre 2011 1
Un commentaire
  • Pauline
    décembre 15, 2011

    Ah… Quelles bonnes carottes !
    Je suis complètement d’accord avec toi sur « l’efficacité » de l’épluchage de légumes pour libérer la réflexion. Le tricot peut avoir, chez moi, ce type de vertu. :-)

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *